Adjust or adapt

La langue française a choisi le mot adaptation pour décrire le petit merdier administratif, matériel, émotionnel et donc psychologique qu’on traverse quand on change de lieu, voire de pays. 

Alors les enfants s’adaptent bien? Et vous?

On pourrait presque parler de nos dernières fonctionnalités: on a relancé le programme quotidien qui tourne en continu; la sécu rame un peu, il y a trop de dossiers qui encombrent la mémoire et il va falloir booster la page sociale un peu au point mort. 
Notre capacité à tendre vers la norme. Vers ce qui doit être comme tout le monde. Une prouesse technique. Il suffit de.

Mais partir avec des petits devenus moins petits, c’est revenir avec des enfants qui n’ont aucun souvenir français et qui se rappellent en France qu’ils ont été un temps américains.
Et les Américains ne s’adaptent pas, ils s’ajustent.

Le mot employé dans la langue américaine est adjustment.

La capacité à trouver le plus juste pour soi.

Après avoir goûté à la marche sur la ligne, le silence studieux et respectueux à table, les adultes qui parlent comme au confessionnal avec des airs de psychologue attardé, nos enfants découvrent la maman qui crie dans la rue sur ses enfants, les enfants qui hurlent dans la cour de récréation ou la maîtresse qui crie. 

Mon garçon de sept ans a lu une histoire de maîtresse qui criait et à qui un enfant lui dit de se taire. La question de compréhension était: qu’est-ce qui est étrange dans cette histoire? Et mon fils de répondre une maîtresse qui crie…

Mes enfants qui regardent avec circonspection les frenchies s’époumoner avec sérieux et Barbabapapa sur l’air de Petit Papa Noël, avec l’air du touriste découvrant des coutumes locales. Puis qui fredonnent sur une compilation de Noëls américains.

S’ajuster c’est trouver le ton juste entre son expérience passée et son expérience future. 

Et trouver un présent: les popcorns et les carambars, des mots en anglais au milieu d’une phrase, un sourire à la caissière qui ne nous regarde pas, enfin des filles qui mettent des jupes et l’art de mettre des baskets, l’envie d’habiller ses enfants chez Gap plutôt que Jacadi, un hamburger et du fromage, la musique country sous un plafond à moulures, un concert de musique classique en face, les marshamallows dans le chocolat chaud et le petit canard de sucre dans le café, la bise très chic et l’envie d’un hug, un vrai, avec plein de petits cris hystériques de fille au comble de sa joie.

Une partie de nous est américaine. 

Et du coup pas tout à fait française?

  
 

Publicités

2 réponses à “Adjust or adapt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s