The true warrior

Cela fait un mois que je suis sans mari. Chouchou finit son poste aux States.

Les soucis de déménagement: les cartons mélangés, les vis perdues de quatre lits, une douche qui ne fonctionne pas, l’autre qui fuit, les plinthes graisseuses, la rentrée et ses cahiers à toutes petites lignes, qui font tirer la langue, les terribles examens du conservatoire et encore et encore. J’ai heureusement l’efficace belle-mère, la copine retrouvée adorable qui fait des bons petits plats et passe un coup de chiffon chez moi dans son temps libre, Chouchou en plein sentiment officiel de culpabilité qui envoie des fleurs et sa sœur aussi dans la foulée.

Sinon j’ai passé six semaines à me dépatouiller toute seule, avec mes sept enfants.

Roulement de tambour! J’ai survécu à tout toute seule, en famille! Je suis trop forte, je suis une aventurière de tous les jours! You rock baby! 

Même trois fois en deux semaines aux urgences! D’ailleurs…

La dernière fois que je suis allée aux urgences, j’y suis allée avec une copine. Elle ne voulait pas que je sois toute seule avec mon fils tout ratatiné par son asthme. Non c’est moche. 

(En plus du reste: les lits Ikea, le mari bricoleur, les enfants qui frottent ma maison)

Fastoche. Elle a l’habitude. Elle est femme de mili.

La femme de militaire c’est le même concept que la femme de civil qui se déplace souvent ou déménage régulièrement mais en accéléré. Le BB toute seule, l’emménagement toute seule, le quotidien toute seule.

Toute seule comme une grande. Comme ça. Pour toute sa vie. 

La femme de mili ne connaît pas les emmerdes puisqu’elle les résout. Son métier c’est de résoudre. Les siennes et celles de ses copines. Solidaire avec son régiment imaginaire de filles.

Le mari s’en va en guerre, comme Malbrough, fier et vu. La femme reste, invisible et vitale. Le fil de la famille et le vrai nerf de la guerre. Car ce n’est pas l’argent, pas la stratégie, pas les décisions politiques, pas les grands discours qui font la réussite de l’armée. C’est la tranquillité de la femme du militaire.

Parce qu’en plus la femme de mili a l’air cool. 

OUAIS.

MERDE.

Je me disais moi que j’avais gagné tous les droits d’être discrètement poilue, le cheveu gras, le t-shirt mou, les baskets pour un vague style. J’ai médité aussi de longues soirées sur le thème être seule (et regarder des films débiles), la mine accablée telle une vierge douloureuse, le regard qui perce au loin, par-dessus les malheurs.

J’étais vachement fière de tout ce que j’avais accompli, comme une grande. Je me sentais warrior spirit, genre Lara Croft du quotidien, guerrière en manteau civil.

La femme de mili, ELLE, a fini de prendre son café avec ses copines, les ongles sont vernis et en petite jupe.  Elle s’apprête à faire tourner sa maison.  Son mari sera peut-être parti à la fin de la semaine, à la guerre.

Leçon.

  

Publicités

6 réponses à “The true warrior

  1. Merci!!,
    l’entraide n’est pas qu’un mot c’est une réalité et une force !
    Parfois la femme de mili fait peur à cause justement de ce qui la rend forte …les autres femmes de milis!
    une femme de mili ,maman de 7 aussi !

  2. Peut-être, mais le soir elle pleure…
    Et ses enfants lui demandent si c’est vrai que papa va mourir ( des copains de classe leur ont expliqué que le Mali, l’Afghanistant ça craint…).

    • Je trouve ce qui craint vraiment est votre réponse et votre bêtise ! Hallucinant d’écrire des conneries pareilles …. Signé une femme de militaire qui vit sa 3eme opex en 2 ans !!!

      • bravo la bienveillance avec votre commentaire ! Vous feriez mieux de l’encourager, la rassurer… ou passer votre tour !

  3. Je vais vous répondre en disant simplement que je n’ai pas la même santé mentale que cette dame et que globalement, les départs et les opex, on en fait bien ce que nous voulons : pleurer et déprimer pendant toute la durée de leur absence ou prendre le meilleur de ce qui est à prendre et bien le vivre !

    J’ai toujours opté pour la 2nde solution.

    Je ne suis ni son amie, ni sa sœur ou ni même sa mère, elle doit avoir suffisamment de personnes autour d’elle pour la consoler.

    J’ai donné mon opinion. Point. On ne pleure pas sur un blog si on n’est pas prête à recevoir des réponses comme les miennes !

    A bon entendeur !
    Signée celle qui n’a jamais passé son tour sur rien dans la vie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s