NY road #6

La route de Boston s’enfonce dans la Nouvelle Angleterre et dans la poignée de siècles qui forme l’histoire de ce pays. Habitant à l’année une petite ville qui a poussé comme un champignon avec des maisons en colonne par un , toutes pareilles et petit doigt sur la couture, retrouver du vieux, des maisons basses, un quartier de pêcheurs, un clocher qui s’élève pointu et sérieux vers le ciel, ça fait drôlement du bien.

Newport. Le soleil la plage les filles? Presque les filles on s’est juste trompé d’un siècle. La grand époque qui a transformé ce petit port de pêche c’est l’âge d’or. Il faut bien s’imaginer quelques maisons de bois basses, des rus étroites, des tavernes aux carreaux troubles et multiples, un décor digne de Shakespeare in Love. Et d’un coup de baguette magique et au sens propre plus qu’au sens figuré, voilà nos milliardaires qui débarquent bruyamment et on l’espère brillamment. En deux coups de cuiller à pot, parce que la révolution industrielle et la belle époque les rend si riches qu’ils peuvent trouver des ouvriers qui travaillent nuit et jour (depuis ils sont morts, mais on peut assurer que c’était de fatigue c’est certain) pour faire sortir de terre plus hauts que nos charmantes masures, des manoirs.

Pour s’imaginer ces manoirs il faut prendre un château de la Loire, le réduire mentalement de moitié et lui donner un genre Dowton Abbey. Pour l’intérieur, on prend visuellement toutes les dorures de Versailles, tous les meubles du meilleur antiquaire du boulevard Voltaire à Paris et on a une petite idée de ces intérieurs de luxe. Nous avons visité ainsi The Breakers House, une petite bicoque sans prétention of course, imaginé et animé par la houlette des Vanderbilt. château? manoir? palace? Le commentaire audio est clair: il s’agissait pour les Vanderbilt d’imiter les magnificences du plus somptueux en Europe.

Cela ressemble de fait à du jus très concentré. De dorures.

Aujourd’hui il ne reste plus que les touristes pour faire revivre ces temps d’orgie dorée. Les deux guerres et la crise de 29 ont englouti avec morale et impôts tous les marbres. Quelques sursauts de millions ont essayé et essayent encore de maintenir l’élégance mais les 2000 domestiques qui remplissaient le village, se contentent de témoigner avec nostalgie sur des enregistrements chevrotants qu’on sert aux touristes. Tout comme l’on raconte comment les Kennedy sont d’ailleurs venus dîner ici en leur temps. Faire dînette dans du bon vieux kitsch.

À propos des Kennedy, c’est bien à Newport qu’ils se sont mariés. Et c’est peut-être en ce seul point que je consens à être kitsch: chercher pendant une heure la fameuse église.

IMG_3968.JPG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s