Go west #2

Est-ce que Las Vegas c’est la classe?

À l’arrivée en avion on survole le Grand Canyon et on se dit c’est bon c’est fait on l’a vu. Ça c’est fort c’est vrai.

Le truc super chouette ensuite c’est qu’on peut choisir le pays de son casino. Et ça c’est forcément le rêve de la vie de tout le monde. Une pyramide, une Tour Eiffel, les gratte-ciel de Manhattan qui grattent tout le porte-monnaie, Venise ou Rome en miniature.

Tout est géant, le nombre de gens, les magasins, la vitrine en forme de coca-cola pour le pays de la soif.

Et le mythique Bellagio. Avec Georges, Matt, Brad et Julia. L’élégance est dans le film et la légèreté irréelle.

Parce que tout fait tellement surréaliste dans cette ville plantée dans le désert que même les montagnes autour semblent un décor de carton pâte au coin d’un black jack.

Qu’est-ce qu’un casino? Une boite noire géante et surtout sans fenêtres et dont les seules lumières viennent des néons des machines. Cinq minutes suffisent à donner le vertige et les sens se confondent dans l’avidité.

Au milieu, l’homme grouillant mais furtif. Comme si la fortune était un secret qui se chuchote au creux de main. À la recherche de sous et de roulette, d’aventures sonnantes et trébuchantes. Le temps sonne l’argent.

Et sinon au coin de notre hôtel, on a dîné dans un fastfood philippin et dans la rue il y avait des gens qui marchaient d’un pas lent, errant pour certains le nez au vent à la recherche d’un boulot. Un supermarché, des glandeurs, une famille de sept enfants que tout le monde dévisage. La vie la vraie.
20140615-065524-24924249.jpg

Publicités

7 réponses à “Go west #2

  1. c’est drôle je suis passée à Las Vegas aussi aujourd’hui!! (bon OK je sors, le mien il était paumé (aussi) dans les montagnes de Cantabrie ;-))

  2. C’est une ville qui m’intrigue beaucoup. Tellement a été dit dessus, on se demande comment y vivent les gens « normaux »!

  3. Moi quand je serai grande j’irai faire le marathon de Las Vegas . 35 km de désert et de silence et 7 km de traversée de casinos étourdissants. La brutalité des contrastes racontée en 42 km.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s