kids at the beach

Pour le weekend de Labor Day, on se fait un trip bord de mer. Du coté de Charleston.

Je campe donc le décor. Station balnéaire chic version low budget: villas proprettes versus cabane de pêcheurs aux meubles garantis en voie de pourrissement (mais heureusement propres), des petites familles bien sous tous rapports défilant au lent pas de la prospéritude versus la famille Fenouillard va à la plage. Il est un point sur lequel nous sommes restés bien Français: pas d’expédition plage sans engueulade généralisée. Et bien sûr on a TOUJOURS oublié quelque chose.

C’était beau. Des palmiers, des jolies filles, des jeunes coolos, un petit centre ville authentique avec ses cabanes de pêcheurs, vers Sullivan’s Island. Et une supérette digne du Bon Marché: il y avait des VRAIES BAGUETTES. Avec de la farine dessus. Amazing.

Et puis la plage. Et des enfants.

Il y a un truc qui ne collait pas entre les deux. Un je-ne-sais-quoi qui manquait. Au bout de deux jours, j’ai réalisé ce qui n’allait pas: cette grande et belle plage, dont la seule agitation autorisée était ses vagues, la plage n’avait pas de pâtés.

Les petits Français aiment se précipiter sur la plage le matin parce que le sable est paré pour leurs expériences, prêt à l’emploi. Et quand il ne l’est pas, déjà modelé par des petits camarades intempestifs (ce qui prouve que nous nous sommes levés bien tard, parents indignes!), nos charmants enfants expriment le meilleur de leur éducation en donnant de grands coups de pieds dans les châteaux voisins.

Sur ma plage américaine justement il n’y avait pas de château. C’était peut-être une plage de grandes personnes?

Pourtant ça et là timidement des enfants avaient poussé, avec leurs pelles et leurs seaux. Dans la version scientifique: on remplit le seau d’un mélange de sable et d’eau et on vide. Des vrais petits Sisyphe blonds (et un poil grassouillets) ou la version plagiste de Montessori?

Après mûre réflexion, ce qui prouve qu’on peut réfléchir beaucoup à la plage, j’ai compris: ces enfants ne connaissent pas les CHATEAUX FORTS! J’en étais presque triste. Pauvres petits Américains qui ont grandi sans apprendre à reconnaitre un château fort. (En même temps quelle chance, le Moyen Age m’a toujours ennuyée profondément sauf dans File la laine, parce que la mélodie est jolie) Et j’en ai conclu que l’histoire des pays pouvait avoir des conséquences traumatiques parfois méconnues.

J’ai réfléchi encore (décidemment tout ça à la plage?) et j’ai essayé de retrouver ce qui pourrait ressembler à un château. Un fort! mais oui! Les petits Américains pourraient faire des forts, mais aussi des montagnes, des ponts, une ville, etc. Mais les enfants sur cette plage n’ont rien construit, l’idée de bâtir ne leur est jamais venue à l’esprit.

Peut-être était-ce une plage interdite aux pâtés? on l’a signée d’un château bien de chez nous.

summer_2013 132

Publicités

9 réponses à “kids at the beach

  1. Je découvre votre blog, vais prendre le temps de le lire plus à fond. Nous aussi sommes aux States pour 2 ans (ça me suffira dans le coin où nous sommes ! on tient le bon bout, plus que 9 mois !), les seuls Français (donc on se sent bien seuls …).
    Chez nous sur la plage y’a quelques pâtés, ébauches de constructions, mais effectivement pas de beaux châteaux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s