food #1

vraiment merci à tout le monde pour ces messages très encourageants. Je les ai lus et relus tout le weekend, savourant vos lignes douces et délicates qui m’ont bien remonté le moral. Cela m’a permis de trouver les mots justes pour le mot de la fin et finir cette discussion sur une touche plus positive.

Voici un autre épisode à cheval sur l’école et l’alimentation. Cela fait longtemps que les habitudes alimentaires des Américains me surprennent beaucoup et d’autant plus que je suis une vieille ayatollah de l’équilibre des repas. Une hystérique des fruits et des légumes. Une obsédée de courgettes en bref. Il y aura donc beaucoup beaucoup à dire sur ce sujet particulièrement croustillant.

Ici et depuis l’an dernier, les cantines scolaires ont diminué leur portions et introduit un fruit ou un légume par repas proposé. La portion congrue à l’état pur: un bol de soupe ou un sandwich et un fruit ou une salade. On est loin du concept cher à la belle-mère entrée-plat-dessert. Pour patienter jusqu’à cette maigre obole, les enfants sont encouragés à venir avec un snack non sucré pour cause d’équilibre alimentaire MAIS dont la proportion est à leur convenance!!! Certains camarades viennent donc et c’est logique n’est-ce-pas, avec un paquet de chips. No comment.

J’ai expliqué à mes enfants que je n’étais pas d’accord avec le fait de grignoter entre les repas et notamment des biscuits salés. Mes théories éducatives manquent visiblement d’universalité, je recopie ici le mot de la maitresse:
Today, I did need to bring this to your attention. I am sure you  know that F is always hungry. 🙂 I know he is a growing boy and he has a large appetite, but we are running into some problems at school. Today at snack, he was upset because he didn’t have a snack of his own. So when we came back from an assembly, he saw another student’s snack and reached in there, touched the food, and wanted to eat it. That was his first warning, we talked about how we are not allowed to eat other people’s food. At lunch, he ate all of his food and began eating off of another child’s plate. The other child was mortified! F recalled his first warning, and he didn’t care at all. He understood why, but he didn’t seem upset in the least bit. Please tell F that we cannot eat other people’s food. It is not only not polite, but it is just not allowed.

J’étouffe encore mes rires.

Mais il va clairement falloir que j’assouplisse la règle. Merde.

Publicités

18 réponses à “food #1

  1. Tu sais qu’en te lisant je suis en train de raviver mes sentiments anti-américains 🙂 Y’sont trop dingues pour moi !
    Tu as besoin d’inspiration pour les snacks ? Du genre « fromage fondu arrosé de sirop de rose… MIAM !

  2. tu vas devoir repartir vers les « goûters »…
    ton fils a faim !!!!!!!!!!!!!!
    (j’aurai plutôt eu tendance à penser que les portions servies étaient généreuses, mais il ne semble pas !).

  3. toi l’obsédée des légumes, essaye les bâtonnets de carotte ! et les tomates cerises ! et les céleris (bon, enfin, l’anchoïade, sans l’anchoïade !)

  4. j’oubliais… les petits bouquets de chou…
    (évite l’anchoïade… (la sauce), c’est bon, mais cela peut laisser une haleine assez fort) (autant éviter un nouveau mot : F. has a fish breath)

  5. … il va falloir arrêter de cuisiner les courgettes à la vapeur et passer maintenant en mode « gratin qui tient bien au corps » 😉

  6. J’adore ! L’image du franchie en prend encore pour son grade ! ;)) C’est pas poli F de manger dans l’assiette du voisin ! …Et des fruits secs, il n’aime pas? (Ou alors c’est considéré comme trop sucré???)
    …J’ai déjeuné hier avec une amie américaine qui s’amusait (mais s’inquiétait aussi) de la morale Américaine. En gros, elle disait que tu étais montré du doigt et mis au banc de la société si tu fumais ou si tu avais l’audace de donner une barre chocolatée à ton gosse, mais que si tu allais chercher ton gamin avec un flingue dans ton sac, ça ne posait aucun problème…

  7. J’avais entendu dire que les USA commençaient à l’ouest de Boston et tu es en train de confirmer ce vieil adage ….. c’est pas possible ce rythme des repas ! Il te reste la lunch bos dans une thermos avec legumes/protéines/féculents et une bonne vieille pomme au cas où le faim le tenaille tjrs « an apple a day keeps the doctor away ».
    Courage !

  8. Je découvre ce nouveau blog, merci de partager ces nouvelles aventures, c’est passionnant!!! Un régal de te lire avec ton humour et ton esprit critique!
    Bon courage pour les fois où c’est dur, dur…
    Et sur ce coup là, essaie peut-être les lentilles au p’tit déj’ 😉

  9. Ah, sujet épineux….. s’il y a bien un sujet qui fâche et qui nous sépare TOTALEMENT des Américains, c’est bien notre rapport à l’alimentation. Mais là encore, il faut prendre le bon…. et s’arranger avec le mauvais! Par exemple, s’habituer à prendre de GROS petit-déjeuners, bien nutritifs, avec oeufs jambon et fromage, céréales, fruits est une saine habitude…. et ça tient au ventre des enfants pour la journée! Je suis comme toi, contre le grignotage entre les repas, que malheureusement toute la société nord-américaine (mais pas que…. ) a institué en offrant partout des grignotines. A l’école, mon fils n’apporte pas de snack même s’il a sa boite à lunch (il peut toujours prendre un bout de quelque chose, s’il a vraiment faim). Ceci dit, les lunch box, je comprend que tu préfères éviter!
    C’est un rythme à prendre, je crois. On s’habitue, après plusieurs années, à manger léger à midi et à faire un bon repas en famille (sur lequel je suis intransigeante, manger n’est pas seulement se nourrir le corps…) qu’on prend chez nous vers 18h30 en semaine pendant l’année scolaire pour éviter que les enfants justement se précipitent en arrivant à la maison sur un 2e goûter… Et depuis que je me suis enfin accoutumée à cet horaire, et bien, difficile de digérer les repas de 8h30 à la francaise, ou pire, les repas à l’argentine, pris à 22h!!!

  10. Je savais que tu ne nourrissais pas ton fils ;-)))) Heureusement que certains de mes enfants ne sont pas aux US car j’aurais des mots tous les jours !!! Allez, c’est le début, une fois acclimatée, on se fait à la nouvelle culture ! (ou on survit, du moins)

  11. Votre blog me fait sourire car vos réflexions sont très justes. Nous sommes arrivés avec 5 enfants aux US en mars dernier, scolarisés dans le public. Les étapes que vous décrivez sont exactement celles que nous avons découvertes avec stupeur il y a 6 mois: pas de disputes en public, omniprésence du rapport à l’argent, principe de précaution poussé quelquefois à outrance. Toutes ces nouvelles règles sont difficiles à accepter car tellement contraires à ce que nous connaissons en Europe. Et puis avec le temps qui passe, la nervosité des premiers mois s’efface aussi bien chez les enfants que chez les parents, l’acceptation (sans renoncer pour autant aux valeurs qui nous sont chères), laisse place à une calme routine, et permet d’entrevoir tout le côté positif de cette nouvelle vie. Les premiers mois sont les plus durs: faire comprendre aux enfants qu’ils ne mangeront pas toutes les 2 heures, qu’ils doivent réserver les disputes à la maison, etc… Finalement on se rend compte qu’il existe des « trucs » pour s’adapter sans verser dans les excès rencontrés (en matière d’alimentation, par ex). Ex: On trouve chez Target, des lunches-box isothermes = repas équilibrés « comme en France ».
    Et puis comment survivre dans un milieu où l’argent est roi, où l’on dépense dans des proportions qu’on imagine pas en France? eh bien en se recentrant sur ce qui est vraiment essentiel. Car forcément une famille de 5 ou 7 enfants ne pourra pas s’aligner sur les voisins qui en ont 2.
    Bon courage, et malgré les difficultés du début, il faut, je pense, toujours garder en tête que vivre cette expérience avec une famille nombreuse est une grande chance, et que toutes les entreprises n’offrent pas, loin de là cette opportunité!

  12. Ici (Montréal) l’école nous interdit bien sûr les graines et arachides mais aussi les chips, chocolat, cookies au chocolat (même ceux fait maison) ect.. au nom de l’équilibre alimentaire et pour ne pas susciter l’envie chez le petit camarade qui n’aurait pas la « chance » d’avoir ce genre de snack.
    Certains jour un snack est distribué par l’école : et là je vous le donne dan le mille … des biscuits apéritif au cheddar !!!! salé, gras, hydrogéné, saturé… j’en passe !! bref parfaitement inscrit dans un équilibre alimentaire sain !! 😦

  13. c’est quoi le snack? c’est un goûter? un pomme ds la poche ou du pain et du fromege c’est pas mal, ou des fruits secs ds une petite boite;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s